Marbrume



Partagez | 
 

 Nos prédéfinis de la Milice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maitre du JeuAdministrateuravatar


MessageSujet: Nos prédéfinis de la Milice   Mar 25 Aoû 2015 - 17:03





Herlebald le cannibal




Libre Réservé Pris

Identité






Nom : Pareloup

Prénom : Herlebald. À cause de son jeune âge, on l'a longtemps surnommé le Louveteau.
Âge : À peine vingt ans.

Sexe : Masculin.

Rang : Mercenaire, garde, militaire fraîchement embauché pourmaintenir l'ordre à Marbrume depuis les fangeux.












Apparence


Le corps de Herlebald porte les stigmates de la guerre. Il n'a jamais été élevé que pour devenir de la viande faite pour tuer ou pour mourir. Pour l'instant, il se complaît dans la tout première option. La nature lui a donné un long corps aux muscles noeuds et fort. L'entraînement les a forger pour ne pas rompre dans la belligérance. Comme les soldats les plus solennels, sa carrure se dresse, redoutée et redoutable. De la chair pour trancher et à trancher si on avait le courage de le défier.

Néanmoins, le jeune homme est de nature placide. Pas du genre à s'énerver pour un rien, il est économe en mot comme en énergie : on ne le voit jamais s'agiter inutilement. En conséquence, son regard toujours très mesurer ne se trouble que rarement de fureur ou d'émotion. La peur, il ne la connaît pas. De lui n'émane que la rage, la bravoure et la placidité de bête dans l'attente de son heure.

Son oeil d'une couleur bleutée et douce tranche souvent avec les reproches pour son entourage qu'il garde tout au fond. D'une nature rigoureuse, il prend soin de se raser de près et garder ses cheveux blond très court comme son père lui a appris. Lors des combats rangé cela lui donne l'avantage de toujours trouver un casque à sa taille et ne pas avoir à partager les parasites de ses compagnons.

Sa mâchoire, l'arcade de ses sourcils, ses pommettes saillantes rendent son visage très dur. À force de le regarder on peut commencer à imaginer tout ce qu'il a pu endurer : il manque un doigts à sa mains droite, il garde tout le temps une bande de cuir sur son poignet gauche parce que sans son bras semble crouler. Nu, il doit faire bien plus peur à voir. Et toute ses histoires planent comme des tragédies latentes sur son visage.

Peu souriant, pas franchement bienveillant non plus, Herlebald est un homme de guerre un brin taciturne qui porte ses armes avec un mélange de dédain et de fierté. Il a lui même travaillé son armure à la forge et, même si elle est loin d'être comparable aux protections que porte les chevalier car incomplète et assemblé dans des métaux dépareillés, elle le protège pour le mieux et lui donne beaucoup de prestance. Un tout petit peu de panache pour le loup qui part constamment à la mort.


Personnalité


C'est bien connu, les loups ont un instinct de survie hors du commun. Et bien c'est exactement le cas de celui que ses compagnons de guerre surnomme amicalement le Louveteau.

Gagner la guerre, c'est bien beau, mais il en faut toujours pour nettoyer le champs de bataille. Et comme Herlebald fait parti de ceux qu'on siffle pour envoyer au casse pipe, il sait mieux que tout le monde que la vie n'a qu'un prix : celui de l'effort. Il a toujours combattu avec hargne, avec ce besoin de triompher, d'être le dernier debout et plus que tout, le désir brûlant de rester en vie coûte que coûte. Avec le temps, il s'est créer ses propres combines. Expert dans la nature comme en ville, il a tendance à calculer ses chances dans chaque situations pour peser le pour le contre et déterminer ce qu'il a à faire. Qu'importe les conséquence dite ''collatérale'', le seul but du jeune homme est de rester vivant. Et pour cela, il est capable du meilleur comme du plus immoral des comportements. Dans cet instinct de conservation, Herlebald a déjà commis beaucoup de crimes que tous les jugements célestes condamneraient. Entre autre, il a déjà goûté à la chair humaine. La guerre c'est la guerre : elle a son lot inaliénabilités. Et parce qu'il est un homme de guerre, Herlebald a arrêté de faire la distinction entre le bien et le mal. Il fait ce qui lui permet d'exister un peu plus longtemps.
Pour les mêmes raisons, Herlebald n'a pas par nature une instinct grégaire. S'il peut sauver sa pomme au profit d'un groupe, il n'hésitera pas à le faire. S'attacher aux gens, ça implique de faire des sacrifices. Et avec la survie, le jeune homme aime que les choses restent simple : il est individualiste. Le Louveteau n'est pas à l'aise dans la meute mais il se plie sans sourciller devant les ordres de ses supérieurs hiérarchiques. Il est docile devant ceux à qui il doit le respect mais revanchard et hargneux avec le reste des gens.

Trop cassé, trop abîmé par les horreurs qu'il a vu et commis, il faut du courage pour approcher cet gomme en espérant qu'il ne vous morde pas. Mais à côté de cela, derrière sa carrure inébranlable et ses airs de survivant, il cache un discours plein de vérité et de mesure sur les différents aspects de l'existence. Loin d'être dénué de raison, il peut se montrer touchant quand il ne se dilapide pas en son lot de jurons habituel et ses attitudes de guerrier irrespectueux.


Histoire


Dans la famille de Herlebald, à l'origine, ils étaient douze louveteaux. Neuf garçons. Trois filles. Le chef de la meute était un homme d'arme et il a appris le métier à l'ensemble de ses enfançons. Les demoiselles, elles, furent élevées au couvent.

Le sieur Pareloup avait son idée bien à lui de la guerre car c'est à la guerre qu'il comptait mourir et entraîner avec lui l'ensemble de ses rejetons : il disait que le champs de bataille était le seul endroit sur terre ou il n'y avait plus de règles, plus aucune lois et, si le monde obéissait à des lois mathématiques, aucune n'étaient viables dans ce genre de lieux gorgés de sang. Dans la brume du Nord, c'est-à-dire dans leur région natale, de nombreux conflits faisaient et avaient toujours faits rages. Les gens du Nord sont des gens belliqueux, ils se tapent dessus pour un rien ; et même certains pères n'hésitent pas à frapper leur marmot jusqu'au sang.

Parmi ses frères, Herlebald n'a jamais fait pâle figure. C'était un bon guerrier. Un petit enfant avec une hargne de dogue et une volonté de fer. Nul ne doutait à l'entraînement qu'il deviendrait un guerrier redoutable et redouté. Et pourtant... Et pourtant même la vertu du plus vaillant des hommes peut s'écrouler devant l'horreur de la guerre.
À onze ans, il tenait déjà l'épée, la cimeterre et l'arc. À treize ans il allait pour la première fois dans les Landes de Brumes où les batailles ont toujours fait rage. Beaucoup de ses frères avaient déjà péri. D'autres périrent après lui. Et souvent il fut le Louveteau, le plus jeune de la bande ; ce qui ne voulait pas dire qu'il fut moins expérimenté que d'autres, loin s'en faut.

Herlebald a connu sur le front la faim, la soif, la terreur, les nuits blanches de veille. Un jour, pris dans une embuscade, dans une offensive du front ennemis, il perdit un doigt à la main gauche et reçu un coup particulièrement tranchant dans le dos. Si aujourd'hui il vit avec, la cicatrice lui lance quelques éclats de géhenne régulièrement.

Et, plus tard encore, alors qu'il avait gravi les échelons, qu'il se retrouvait capitaine de garnison le temps qu'on remplace celui qui avait perdu la moitié de son visage au combat précédent, il fut éloigné de ses positions et encerclé un temps, contraints de se replier dans des collines que les ancêtres de leur adversaires avaient sacralisées. Privé de contact avec le corps de l'armée, ses hommes et lui étaient destinés à mourir, pris au piège dans ce traquenard où la seule solution pour ne pas mourir était qu'on vienne les tuer dans ce piège ou que la troupe attende patiemment que le reste de leur compagnons restés au front nettoie cette vermine purulente. De toute évidence, eux, ils
n'étaient pas assez.

C'est la soif, la première qui leur rappela la dangerosité de leur situation. Étanchée grâce à un stratagème audacieux du Louveteau qui savait attraper la brume, elle fut suivie par la faim. Et la faim est le plus grand mal qu'il peut arriver à l'homme : elle empêche toute concentration, toute réflexion, tout raisonnement. Après avoir épuisés tous leur maigres provisions, elle s'invita dans leur tête, remplissant leur bide d'un vide souffreteux. Des hommes ont trépassés, desséchés, d'autres se sont laissés mourir, ou se sont entre-tués pour la viande de pauvres rats attrapés dans leur griffes. À côté de l'endroit où ils étaient repliés, les corbeaux se servaient déjà. Et Herlebald imita le premier les charognards. Et, avec un tout petit groupe d'être assez copieusement affaiblis pour accepter de manger de la chair de leur propre race, il revint une fois qu'un court traité de cessé le combat fut signé. Jamais plus on ne le considéra de la même façon après cet épisode même si la plupart de ses camarades s'appliquèrent à le taire dûment.

Par la suite, il ne changea pas ses habitudes et chemina encore sur la route des massacres. À force, le sang, les membres arrachés, la ventaille éparpillée ne lui donnait plus de haut le coeur. Désormais, il affrontait toute l'horreur de son quotidien sans heurt. Et jamais il ne fut dégoûté de lui même.

Piller, il l'a déjà fait. Violer aussi même s'il n'y a jamais tiré son plaisir, faisant plus parti d'un « rite initiatique » qu'autre chose. Mais au fond, il n'aime pas profiter inutilement du malheur des gens et leur faire du mal par sadisme. Il se défend. Il s'est toujours défendu. Il s'adapte car il craint la fièvre et la mort.
Quand les fangeux ont commencé à marcher sur le royaume, il a été réquisitionné à nouveau pour aider les populations du Nord à se replier. Dans les convoyages, il a assuré la sécurité même s'il ne s'est jamais franchement montré rassurant avec les rescapés, assez pessimistes sur leur avenir.

Arrivé à Marbrume, tout le monde s'est confronté aux semblables difficultés : manque de logement, d'installation, de place, de denrées alimentaires. Pas de nourriture en conséquence. Avec les autres gens d'armes qui l'accompagnaient, Herlebald a atterri à la caserne militaire et loge avec cinq autres miliciens dans une piaule prévue originairement pour un seul garde et son matériel.

Peu d'importance dans le fond. Même si les conditions venaient à devenir plus extrêmes encore, Herlebald sait qu'il trouvera toujours par instinct une solution. Le cannibale a déjà connu la faim et a su la rassasier, il faut dire...
Manger de la chair humaine, il l'a déjà fait et il recommencerait sans sourciller si son ventre venait à crier famine à nouveau. Les faibles meurent, il a déjà vu. Alors autant que les Louveteaux les plus forts profitent ds carcasses pour remplir leur gosier d'animal carnassier.




Derrière l'écran


Ce personnage est proposé par : Louise Ochaison
Ce personnage est lié inrp aux personnages suivants : Aucun
Autres remarques : /

Modèle de fiche codé par Aure et Séraphin Chantebrume


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://marbrume.forumactif.com
Agapéavatar


MessageSujet: Re: Nos prédéfinis de la Milice   Lun 21 Mar 2016 - 17:19





Mercuro Lycaon]




Libre Réservé Pris

Identité




Nom : Mercuro

Prénom : Lycaon

Âge : 24 ans

Sexe : Masculin

Rang : Milicien voir sergent. Préférence de Points à distribuer surtout en ATT et INT, compétences lié à l'enquête et au combat et aux rapports sociaux à développer.











Apparence


-Même taille que Bôdan 1m85, poids variable à cause de sa musculature.
-Yeux brumeux.
-Lèvres fines et pâles
-Peau pâle.

Pas de signe particuliers.
Musculature développée.
Armure légère, pas d'armures à malus.
Préférence pour l'épée avec un bouclier, pas d'arme à distance.

Collier de sa mère défunte en Onyx.



Personnalité


-Autonome
-Prise d'initiative
-Chef de groupe
-Compatissant
-Ferme
-Professionnel
-Très courtois
-Très solitaire (en dehors du travail, aime ses moments de solitude)
-Peut se montrer arrogant. (Expressément quand une personne non qualifiée lui donne des directives sur ce qu'il sait faire, ou lorsque la plèbe descend le travail de milice en les traitant d'incapables)



Histoire


-Ses parents sont morts quand il avait 7/8 ans le laissant seul avec sa soeur et son frère. La différence c'est que son frère à un jour disparu et plus jamais revenu, Lycaon et sa soeur Pénélope n'ont eu des nouvelles de lui jusqu'à quelques mois à peines.

-Avec sa soeur il a été adopté par une famille de bourgeois qui faisaient fortune dans la finance, banquier de la ville ils gagnaient bien leur vie. Ils ont également une éducation littéraire minimum, lire, écrire et compter.

-Très jeune, vers 17 ans il s'est engagé dans la milice alors que sa soeur partait dans les ordres.

-Alors qu'il vient de faire 22 ans il retrouve la piste éventuelle de son frère, un voleur correspondant au même physique que lui (sans barbe), et surtout il aurait les mêmes yeux brumeux que lui, trait physique spécial, à cela s'ajoute des sortes de mimiques correspondant à celle de son frère lorsque Bôdan allait voler dans les placards pour le compte de son frère (Poignées de porte légèrement abaissée, aucune trace de sang, son frère hais depuis tout petit en venir aux mains) . Il serait dans la ville et s'en prendrait aux plus riches, soucis il décide de le traquer arrivant souvent sur les lieux du crimes avant que Bôdan ne s'en aille. Aujourd'hui encore il se met en tête de retrouver son frère par tous les moyens possibles et inimaginables.

-Depuis que Bôdan a été classé comme dangereux criminel avec les événements de la Hanse. Lycaon le recherche encore plus activement avec sa soeue pour éviter qu'il ne se fasse tuer.

Tout le reste est libre tant que ça reste cohérent si le personnage de Pénélope à déjà été prit.
Pénélope et Lycaon ont d'excellentes relations fraternelles



Derrière l'écran


Ce personnage est proposé par :Bôdan Mercuro
Ce personnage est lié inrp aux personnages suivants : Bôdan Mercuro (Personnage joueur) et Pénélope Mercuro (prédéfini)
Autres remarques : N'hésitez pas à me MP

/!\ Ce prédéfini est lié a un personnage inactif IRP, mais il peut peut-être être joué seul Wink



Modèle de fiche codé par Aure et Séraphin Chantebrume

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aigue-marineMaître du jeuavatar


MessageSujet: Re: Nos prédéfinis de la Milice   Dim 26 Mar 2017 - 14:17





Ansgarde Vignol




Libre Réservé Pris

Identité




Nom : Vignol

Prénom : Ansgarde, surnommée Ans

Âge : 21 ans (née en 1144)

Sexe : F

Rang : Milicienne












Apparence


1m68. Taille fine, épaules solides, jambes et bras robustes, une expression parfois dure sur le visage. Pas de cicatrices visibles ni aucune séquelle incapacitante. Longs cheveux blonds-roux, yeux bleu-gris, traits juvéniles lui faisant paraitre moins que son âge.

Force convenable, comparable à celle d'un homme de taille moyenne, une voix agréable dissimulée derrière un ton rauque et des expressions adaptées à sa condition de milicienne.
Porte toujours une armure composée de cuir et de plaques de différentes tailles, adaptée au combat rapproché.


Personnalité


Inspire confiance à ses collègues et supérieurs, bon travail en équipe, élément fiable et droit qui obéit aux ordres sans discuter. Indépendante et réfléchie, débrouillarde et capable de se sortir de mauvaises situations. Fidèle à l'amitié et à la parole donnée, fière comme un homme et tient tête à ceux qui tentent de la rabaisser à sa seule condition de femme.


Histoire


- 1144 : Fille unique d'un charpentier et orpheline d'une mère qui succombe à l'accouchement.

- Élevée par son père seul qui la tien à l'abri du besoin.

- Apprend le métier d’ébéniste et travaille avec son père.

- Septembre 1164 : Décès de son père resté bloqué hors de la cité après la fermeture des portes, n'ayant pas pu rentrer à temps et se retrouvant pris aux pièges avec la famille De Sarosse et leurs gens.

- Octobre 1164 : S'engage dans la Milice faute de pouvoir continuer à subvenir seule à ses besoins, se fait une place parmi les hommes et gagne leur respect.

- Janvier 1165 : Rencontre Gondemar pour la première fois après l'invasion Fangeuse en ville.

- Août 1165 : Revoit Gondemar lorsque celui-ci intègre à son tour la Milice, devient sa collègue et camarade d'entrainement comme de mission.


Derrière l'écran


Ce personnage est proposé par : Gondemar Rosalis
   Ce personnage est lié inrp aux personnages suivants : Gondemar Rosalis, collègue
   Autres remarques : Boite à MP ouverte en cas de questions Wink



Modèle de fiche codé par Aure et Séraphin Chantebrume


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CatatonieMaître du jeuavatar


MessageSujet: Re: Nos prédéfinis de la Milice   Mer 14 Nov 2018 - 21:22





Hugon GRISREGARD




Libre Réservé Pris

Identité



Nom : Grisregard

Prénom : Hugon

Age : 24 ans

Sexe : Masculin

Situation : Célibataire

Rang : Milicien de l'intérieur

Lieu de vie : Marbrume









Apparence


Hugon tient de sa mère ses cheveux blonds comme les blés, et de son père ses yeux gris comme un ciel d'orage. Bien qu'issue d'une famille pauvre, c'est un jeune homme robuste et plutôt grand. En effet, il est des six enfants d'Ascelin celui qui a eu le moins de privations alimentaires. Le reste du physique est à détailler à votre convenance.


Personnalité


Réfléchi • Intuitif • Humble • Attentionné
Ambitieux • Intransigeant • Secret


Histoire


Hugon est le fils d’Ascelin et Isabel Grisregard. Il est l’aîné d’une fratrie de six enfants. Il a trois frères : Raimbaut, Eudes et Etienne, et deux sœurs : Hermine et Adélaïde. Très jeune, il s'occupe seul des enfants, afin que ses parents puissent aller travailler et assurer à chacun un repas quotidien. Il noue donc un lien très fort avec l’ensemble de ses frères et sœurs.

A la naissance du petit dernier, sa mère cesse toute activité et Hugon peut se consacrer à l’un de ses loisirs préférés : les tournois de combat à l'épée de bois, dans lesquels il excelle. A l’âge de seize ans, il rejoint tout naturellement la milice et y fait son apprentissage. Les premières années sont difficiles, mais il finit par se faire une place parmi ses compagnons d'armes et intègre la milice intérieure.

Lorsque son travail le lui permet, Hugon apporte à son père et à sa mère quelques sous et contribue ainsi à maintenir en vie son plus jeune frère, qui souffre de graves carences alimentaires.



Derrière l'écran


Ce personnage est proposé par : Ascelin Grisregard
Ce personnage est lié inrp aux personnages suivants : Ascelin Grisregard
Autres remarques : Hormis les éléments présents dans cette fiche, vous êtes libre sur tout le reste ! Ma boite à MPS est ouverte au besoin.


Modèle de fiche codé par Aure et Séraphin Chantebrume


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nos prédéfinis de la Milice   
Revenir en haut Aller en bas
 
Nos prédéfinis de la Milice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Suggestion personnages prédéfinis
» [LA MILICE] Groupe dissous à la fin de la saison I
» Qui sont les membres de la Milice Pourpre ?
» # Fiche Prédéfinis #
» Fiche pour les prédéfinis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils Royaux :: Présentations :: Prédéfinis & Guildes-
Sauter vers: