Marbrume



Partagez | 
 

 Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ancélie Dent-de-Loupavatar


MessageSujet: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mar 31 Mai 2016 - 22:21




Ancélie




Identité



Nom Sobriquet : Dent-de-loup
Prénom : Ancélie
Âge : 16 ans
Sexe : Féminin
Rang : Milicienne
Carrière envisagée & tableau de départ avec les 4 PCs : Voie du Milicien +2 PAR, +2 HAB
Compétences : Coup précis, Acrobatie de combat, Esquive, Anticipation
Objets choisis :
Armure : Gambison (6), Capuchon en cuir (2), Gants en cuir usés (3)
Armes : Main gauche [8+1d6], Épée courte [14+1d8]+1 ATQ*



Physique



Il s'agit d'un petit être plutôt menu, plutôt maigre, encore marquée par la famine et la malnutrition des temps difficiles. De longs cheveux châtains retenus par un amalgames de tresses et de mèches folles tombent sur ses épaules jusqu'à couvrir le haut de sa faible poitrine. Dû à sa constitution plutôt faible, n'ayant ni force ni endurance pour elle, il n'est pas rare que son corps affiche ecchymoses, blessures ou coupures d'âges et de degré de guérisons divers. Par le fait même, on ne s'étonne plus de la voir sale ou poussiéreuse, le minois barbouillé de boue ou de terre molle au revers d'un entraînement difficile ou d'une rencontre qu'elle aurait préféré éviter. Ses prunelles sont d'un vert pâle à l'expression éteinte, offrant à la jeune fille un petit aspect distrait, ailleurs, non concentrée, qui lui vaut parfois une ecchymose de plus ça et là.

D'un autre côté, elle sait tirer profit de cette petitesse qui est sienne. Son pied est léger et vif, excellant davantage dans les déviations de force de son adversaire, dans les parades ou dans les fuites que dans le combat de force brute. Son agilité fait d'elle une milicienne particulièrement imaginative pour esquiver les coups de son adversaire, ne portant que les coups qui valent la peine d'être portés, avec des risques calculés.

Autrement, c'est une jeune fille à la beauté banale qui n'a toujours pas assumé sa féminité et ne semble toujours pas s'y intéresser. Elle imite grandement la posture de ses confrères d'armes, gardant les épaules relativement courbées afin d'aplatir sa poitrine déjà plate et masquée sous son armure matelassée. Évitant comme la peste de se trouver en position de faiblesse, elle est reconnue pour dormir avec son gambison sur le dos et sa dague à la main, souvent lovée contre le dos de sa sœur aînée.

Personnalité


D'un côté, il y a la guerrière, la milicienne, toujours incomplète et largement imparfaite. Elle ne lésine pas les efforts sur l'entraînement, sachant pertinemment qu'il s'agit de la clé de sa survie. Éternelle curieuse, toujours ouverte aux enseignements de toutes sortes, liées ou pas à sa carrière, elle grattouille des yeux autant d'informations qu'elle le peut sur les gens qui l'entourent. Quand elle se prend un coup lors d'un entraînement particulièrement épuisant ou lors d'une situation tendue, c'est souvent avec les larmes aux yeux qu'elle enchaîne le prochain coup, ou celui d'après, lui offrant un petit côté faiblard duquel on ne manque pas de se moquer. Malgré tout, elle se relève, inlassablement, serait-ce sur deux jambes tremblantes ou sur une seule.

Cela dit, cette détermination ne se ressent pas, chez elle, à l'extérieur de l'entraînement ou des expéditions. Elle semble au contraire écrasée par un poids inconnu, traînant des pieds et arborant une expression toujours distraite, éteinte. D'un coup d’œil, on se doute qu'elle n'a pas rejoint la milice par passion, ni par vengeance, manquant de ce feu qu'on s'attendrait d'elle dans un tel cas. On croirait plutôt, à lui voir le faciès, qu'il s'agit d'une pénitence pour on ne sait quoi ou d'une nécessité de survie. On ne la prend pas souvent à initier les conversations, mais elle ne fuit pas nécessairement la compagnie d'autrui pour autant, capable de répartie, d'humeur et d'humour.

Socialement, elle n'accorde pas sa confiance aisément à ses confrères ou supérieurs et paraît souvent sur la défensive. Elle aura tendance à s'approcher des hommes qui sont plus mesurés, plus calme, et à fuir la compagnie de ceux qui sont exubérants ou portés sur l'alcool. En expéditions, pourtant, elle est rapidement insouciante et s'approche des bandits et autres bannis, cherchant parmi leurs minois crispés un visage connu qu'elle ne trouve jamais.

Histoire



La première fois que son minois avait observé l'immensité des murailles de Marbrume, elle avait été secouée par un mélange d'infinie tristesse et d'éblouissement. D'un côté, on aurait dit la dernière prison de l'Humanité : des oiseaux en cages dans une ville sans le moindre brin de foin, ou le ciel était difficile à discerner au-travers de la fumée des torches. Pourtant, il y avait là quelque chose de majestueux, tout en étant salvateur, oui, ces murs-là pouvaient protéger n'importe qui de n'importe quoi. Elle avait traversé les portes après avoir montré patte blanche, poussée par un frère et une soeur empressés de quitter la foule de réfugier dont ils étaient trois têtes parmi des centaines d'autres.

C'était août 1164 et la chaleur écrasait plus que jamais leur trois jeunes âmes dans les détours inconnus de la grande ville. Ils étaient issus de la campagne, d'Ars-en-Re, plus habitués à chasser leur pain qu'à le mendier, ou qu'à l'acheter. L'adaptation à la vie urbaine était difficile, Amatéus, l'aîné affichant vingt-deux ans, étant plus doué à la chasse et à la traque qu'aux manigances de basses sociétés. Les écus n'entraient pas et, pour pallier à leur ventres gargouillant, la fraternité s'était livrée au vol à l'étalage à plus d'une reprise. Secrètement, peut-être en croyant que ses soeurs ne l'auraient pas remarqués, Amatéus se livrait à quelque activités nocturnes illicites qui forçait Adélie, la soeur aînée, à quelques miracles ménagers pour retirer les éclats de sang de ses vêtements de lins. De leur côté, et d'une promesse commune murmurée sur un lit de paille, les soeurs s'étaient jurées de conserver leur honneur, peu importait la crasse dans laquelle elles se noieraient.

Ainsi, faute de se soumettre à la facilité de la prostitution, Ancélie préférait les batailles de ruelles et les raids impromptus sur les étagères de marchands distraits. Elle avait une tactique consistant en des vols de peu de valeur, de secteurs diversifiés et d'une limite de quelques vols par semaines pour de se tenir loin de la mire des groupes de voleurs. Plus que tout autre, elle cherchait à conserver son indépendance.

Le père avait su inculquer au fils des compétences martiales de bases et, bien qu'il avait refusé, même après les premières rumeurs de fangeux, d'en faire de même avec ses filles, Amatéus ne s'était pas gêné. Dotée de l'enseignement de son frère, Ancélie parvenait à se tirer de ses mauvais pas en brandissant un bâton qu'elle prenait pour une épée, qui, faute de couper, étourdissait suffisamment pour lui permettre de fuir au bon moment.

Sauf cette fois-là.

***

L'hiver était implanté depuis un bon moment déjà, dans Marbrume. Le calendrier affichait décembre, déjà quatre mois depuis que la fraternité avait été forcée, par l'exode, de se mêler à la vie de la forteresse. En quatre mois, ils étaient encore trois au compteur et, comparativement à certains de leurs voisins et connaissances, cela relevait du miracle. La famine s'était installée et le froid mordant de l'hiver déployait des maladies dans les rues. Faibles, épuisés et avec trois bouches à nourrir, la vie se vivait au jour le jour et à n'importe quel prix, à n'importe quel risque. Ils étaient prêts à tout, sauf à trahir leur promesses, leurs principes, sauf à se trahir eux-même. Mais d'autres n'avaient pas ce soucis de moralité.

C'était la nuit et, à son habitude, Amatéus s'était esquivé dehors, appelé à une mission douteuse dont il taisait tous les détails à la sororité. Emmitouflée contre sa soeur, Ancélie cherchait le sommeil en fouillant dans la chaleur de son aînée. Et puis lentement, presque imperceptiblement, la porte s'était ouverte. Elles avaient ouverts les yeux, quasiment de concert, alertées par le craquement des planches trop important pour le poids de leur aîné. Elles s'étaient raidies, tendues, le souffle coupé et le coeur battant. Avec le froid s'engouffrait aussi la puanteur et l'odeur de fond de taverne.

Une large silhouette se dessinait dans le cadre de porte. Massive, la silhouette s'avançait à pas chancelants mais déterminés jusqu'au lit des soeurs. Il se courba l'échine et écrasa sa main sur les draps brusquement, avant d'hoqueter de surprise lorsqu'il ne rencontra ni chair, ni femmes. Derrière lui, la porte se claqua : les soeurs avaient fuit. De peine et de misère, Ancélie cherchait à suivre le pas de sa soeur, tirée par la main à un rythme que son corps glacé n'arrivait pas à suivre. Au détour d'une rue, tandis qu'elles se mélangeaient avec la populace nocturne, elle échappa sa main, puis égara Adélie des yeux. Le souffle court, alertée par les pas du lourdaud qui les poursuivait, rageur, elle n'avait pas eu le luxe de chercher sa sœur longtemps et s'était élancé dans une autre direction.

Et il l'avait suivi. Était-ce parce qu'elle était plus jeune ? Qu'elle était plus proche ? Plus à son goût ? Qu'elle courrait moins rapidement ? À tout le moins, il l'écrasa d'une poigne de fer contre le mur d'une ruelle, lui coupant le souffle sous l'impact. Au coin de son oreille, elle entendit insanités par-dessus perversité, emballant son corps de frayeur et d'appréhension. Puis, lorsqu'il l'écrasa de tout son corps contre le mur, la frayeur s’éclipsa pour un regain de rage, de détermination.

Elle avait fait une promesse. Abandonner, capituler, serrer les dents n'était pas quelque chose qu'elle pouvait s'autoriser.

— Dégages, siffla-t-elle entre ses dents, les larmes pleins les yeux et la voix chevrotante. Dégages. Dégages, dégages, répétait-elle, peut-être pour se convaincre elle-même, si tant que, à force de répétitions, son ton de voix gagnait en convictions. Dégages ! DÉGAGES !

Elle se plia, repoussant le badaud juste assez pour lui permettre de plier une jambe et de lui décocher un coup de talon dans l'entrejambe. Lorsqu'elle parvint à se dégager complètement, non sans une lèvre éclatée et un bras fortement ecchymosé, elle agrippa le premier objet qui lui tomba sous la main et lui balança, à bout portant, à la gueule. La bouteille s'éclata sur son front et, aveugle d'adrénaline, de nervosité et de frayeurs, elle ne réfléchit pas et le frappa de nouveau. Les rebords d'étains cassés, cassants, s'enfoncèrent dans sa mâchoire, dans sa gueule, dans son cou. Il s'écroula.

Puis, regagnant ses sens mais pleurant toujours abondement, elle le vit. Elle ne l'avait jamais vraiment regardé, après tout. Mais sous la lueur de la lune, comme ça, sur le coin d'un mur, étendu, se noyant dans son propre sang et l’invectivant de mots qui se perdaient dans sa salive, elle le vit. Lui, le milicien. Brusquement, elle tomba au sol aussi, tremblante, les yeux écarquillés d'une nouvelle frayeur, peinant à respirer correctement. En crise, elle appuya ses deux mains sur le cou de l'homme, désespérée, hélant ça et là entre deux sanglots les passants pour obtenir de l’assistance.

Sous ses prunelles pétrifiées, l'assistance vint d'une dague qui s'enfonça dans la poitrine de sa victime déjà trépassée, puis de deux bras familiers qui l'étreignirent.

— Salut, petite soeur.
— Amatéus ? hoqueta-t-elle. Qu'est-ce que... ? Tu... il... J'ai tué... Je vais être bannie ! Je vais faire comment, dehors ? Je... Je vais...
— Oui, tu ferais comment, dehors ? Tu es même pas capable d'attraper un lapin qui te passe sous le nez, chuchota-t-il, moqueur, au coin de l'oreille d'une soeur toujours reniflant et sanglotant, dont il tentait d'étouffer les tremblements. Ssht, sht... Tu seras pas bannie, écoutes-moi, d'accord ? Allez, ça m'a jamais fait, Marbrume, tu sais bien. Les ruelles, les gens... c'est pas pour moi. Alors tu vas retourner gentiment à la maison, compris ? Et tu dis pas un mot de ça à personne. Personne.


D'un baisé sur la tête, il l’étreigna un moment puis la poussa, lui croquant un sourire qui s'effaçait dans l'obscurité de la nuit. Quelques jours après, on annonçait le bannissement de la cité d'Amatéus, coupable d'un meurtre de milicien pour lequel il avait tout avoué, pour lequel il avait été pris sur le fait.

Après quelques jours, on annonçait également, à milice extérieure, une nouvelle recrue, maigre et affaissée, qui semblait avoir la mort accrochée à ses bottes. Elle était écrasée par le souvenir pernicieux de son premier sang, écrasée par la culpabilité d'avoir amené son frère à l'exil, à la mort, peut-être, sans doute. Ce n'était qu'une autre fille de plus qui s'était retrouvée au pied du mur, s'engageant pour une pitance et un toit, avec cette famine, disaient-ils.

Soi réel




Certifiez-vous avoir au moins 18 ans ? Je le jure.
Comment avez-vous trouvé le forum ? Sur un topsite dont le nom m'échappe.
Vos premières impressions ? C'est joli, ça l'air un peu compliqué, mais ça peut pas être pire qu'un certain autre alors je reste optimiste !
Des questions ou des suggestions ? Pas pour le moment, nh =)



Marbrume soutient la création; cette fiche a été codée par Orange de CSSActif



Dernière édition par Ancélie Dent-de-Loup le Mer 1 Juin 2016 - 18:07, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mar 31 Mai 2016 - 22:25
Bienvenue parmi nous Ancélie ! N'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit !

Je suis très heureuse de l'arrivée de tous ces miliciens, nous étions vraiment en manque de verts. J'espère que tu te plairas parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancélie Dent-de-Loupavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mer 1 Juin 2016 - 3:37
Merci pour l'accueil, Ambre =).

Ma fiche est terminée et prête à être jugée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Finn GallagherMercenaireavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mer 1 Juin 2016 - 5:07
Bienvenue sur le forum Ancélie et bravo pour la fiche. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yseult de TraquemontChâtelaineavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mer 1 Juin 2016 - 10:37
Coucou et bienvenue !

Voyons voir la fiche. Alors il y a... euh... oui... mais. Mais je n'ai rien à redire ? e-ê

La présentation est très propre, c'est joliment écrit. Comme on dit à la douane tout est en ordre, mais avant de valider je voudrais te ramener à ton choix de compétences/points de départ : il n'y a aucune erreur cela dit j'ai remarqué que tu prenais deux compétences se référant à l'esquive, alors que tu répartissais tes points dans la compétence de Parade (l'action d'esquive se servant du score d'Habileté). Est-ce voulu, pour que le personnage soit capable selon les situations d'esquiver ou parer de façon efficace, ou souhaites-tu revoir cette partie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancélie Dent-de-Loupavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mer 1 Juin 2016 - 15:31
C'est super pertinent, ça... !

J'ai modifié pour un +2 en HAB et réajusté pour +2 en PAR. On dira que c'est pour être parée à toutes éventualités, v'oui =).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambre de VentfroidFondatriceavatar


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   Mer 1 Juin 2016 - 18:57
Je te donne ta couleur Ancélie (oui vilaine Yseult, je te vole ton membre, na).

Je ne te montre pas le chemin de la cb tu l'as déjà trouvé =P Bon jeu parmi nous belle milicienne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)   
Revenir en haut Aller en bas
 
Ancélie Dent-de-Loup (Terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gévaudan le Frère Loup [Terminée]
» Sigyn Hel ~ Méfiez-vous de l'agneau, il n'a rien à envier au loup... [Terminé]
» Nom d'un loup mal léché! Pouquoi tu me fais ça? PV Jeremy Otto-Terminé?
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [TERMINÉ ] Episode n°2 : Sur la promenade de Miami... [ A & P]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marbrume RPG - Monde médiéval & Apocalyptique  :: Recueils Royaux :: Présentations :: Fiches de personnages :: Fiches validées :: Fiches des inactifs-
Sauter vers: